PicMonkey Collage (3)

LA PETITE HISTOIRE DES GÂTEAUX FRANÇAIS

Posted on Posted in Gastronomie

PicMonkey Collage (3)

Paris-Brest, éclair, profiterole, millefeuille… Voilà des noms qu’on n’a pas besoin de traduire. Colorés, petits, grands, traditionnels ou modernisés, il s’agit là de gâteaux qui réjouissent nos papilles et nous font succomber. Voulez-vous connaître leurs petits secrets et leur histoire fascinante ?

Alors, petit tour d’horizon historique des classiques de la pâtisserie française.

 

Le Paris-Brest

Quel est le rapport entre un gâteau fort calorique et les deux villes françaises ? Eh, bien, il nous faut revenir au sport et plus précisément au cyclisme pour répondre à la question. TerrontTout commence en 1891 lorsque Pierre Giffard, rédacteur en chef du Petit Journal et passionné de vélo, écrit un article intitulé «La course du Petit Journal – De Paris à Brest et retour : 1200 kilomètres» et organise la première course à deux-roues Paris-Brest-Paris visant à populariser ce sport. Cette course deviendra l’ancêtre du Tour de France.

En 1910, un pâtissier de Maisons Laffitte, Louis Durand, s’inspire par la course cycliste Paris-Brest-Paris et conçoit ce gâteau célèbre.

On dit aussi que c’est l’organisateur de cette « classique », Pierre Giffard, qui a demandé à son ami pâtissier Durand de réaliser un gâteau en l’honneur de la course. D’où le nom et la forme circulaire de la couronne en pâte à choux du paris-brest qui est censée représenter une roue de bicyclette.

Paris_Brest_4Garnie d’amandes effilées, cette couronne est en suite évidée puis fourrée à l’origine de crème au beurre, de la crème mousseline actuellement. Après, la couronne est replacée et saupoudrée d’un voile de sucre glace qu’on déguste avec un grand plaisir. Certains pâtissiers sont allés plus loin en ajoutant des rayons en pâte à pain au gâteau.

Alors, même si la course Paris-Brest a disparu depuis longtemps (en 1951), il y a toujours ce petit délice qui lui rend hommage. Pourtant, faire un peu de vélo après avoir consommé un Paris-Brest ne serait pas une mauvaise idée !

 

L’Éclair

Avant de découvrir les secrets de cet incontournable de la pâtisserie française, il faut d’abord admettre qu’un bon éclair se dévore toujours en un éclair ! Simple jeu de mots, hyperbole ou bien explication plausible ?

Tout d’abord, il s’agit d’un gâteau d’origine française en pâte à choux façonné en forme de doigt, fourré de crème pâtissière (parfumée à la vanille, au chocolat ou au café dans les recettes classiques) et recouvert d’un glaçage au fondant.

Pour la petite histoire, l’éclair n’a pas toujours porté ce nom. Avant 1850, cette pâtisserie portait le nom de « pain à la duchesse ». C’était alors une pâtisserie en pâte à choux en forme de doigt, roulé dans des amandes.

C’est Antonin Carême, inventeur des «croquembouches» (les petits choux) et des profiteroles et l’un des plus grands pâtissiers du XIXe siècle qui a eu l’idée de moderniser et porter à la perfection les petites duchesses.

Le grand spécialiste retire les amandes, fourre la pâte de crème pâtissière ou de marmelade et recouvre le tout de sucre fondant. Selon une explication, le succès de ces petites duchesses revisitées aurait été si foudroyant qu’elles se sont répandues en France à la vitesse de l’éclair !

Cependant, même si Carême est considéré comme l’inventeur de l’éclair, il faut attendre une vingtaine d’années après sa mort pour que ce dessert se rebaptise en éclair. En fait, c’est en 1850 qu’il apparaît sous ce nom à Lyon et à partir de ce moment il va faire une carrière internationale grâce aussi au roi Edouard VII d’Angleterre qui en était un grand amateur.

eclair (2)

 

Mais alors pourquoi l’avoir appelé « éclair » ? Selon certains historiens, il s’agit d’une plaisanterie des pâtissiers de l’époque selon qui ce gâteau était si bon qu’il s’avalait en une bouchée, à la vitesse de l’éclair. D’autres pensent qu’il doit son nom à la brillance de son glaçage (brillant comme la lumière de l’éclair).

On ne se lasse jamais de percer les mystères de l’éclair et surtout de l’adorer !

 

 

 

Le millefeuille

Voici un gâteau qui nous donne l’opportunité de faire un voyage mémorable au monde des saveurs. Effeuillons ensemble sa longue histoire.

Il y a plusieurs légendes qui courent sur l’origine de cette pâtisserie mythique. Certains l’attribuent à tort à Marie Médicis grâce à qui il a été importé en France. D’autres prétendent qu’il aurait été créé par le cuisinier Feuillet au XVIIe siècle mais on ne trouve aucune trace de ce pâtissier. Il y a aussi ceux qui penchent pour Antonin Carême.

En 1806, une recette du millefeuille est publiée par Rouget mais elle est vite oubliée.

En fait, c’est la pâtisserie Seugnot, qui tenait boutique rue du Bac à Paris, qui propose à sa clientèle les premiers millefeuilles, en 1867. Le succès est assuré et le millefeuille devient incontournable dans toutes les vitrines des pâtisseries du pays.

Tel est l’engouement des pâtissiers qu’ils participent chaque septembre au «Mois du millefeuille» dont l’objectif est de revisiter ce grand classique de la pâtisserie française.

On comprend facilement pourquoi le dessert a pris ce nom. C’est en raison de son feuilletage léger et du grand nombre de feuillets de pâte nécessaire.

Le nom entre pour la première fois dans le dictionnaire en 1906.

millefEt pour ceux qui n’ont jamais eu le bonheur d’en goûter, rappelons qu’il s’agit d’un gâteau fait d’au moins six abaisses de pâte feuilletée séparées par de la crème pâtissière (ou parfois de la confiture ou du chocolat).

Mais ce n’est pas seulement l’origine et les légendes autour du millefeuille qui ont fait couler beaucoup d’encre, c’est aussi son orthographe. Ainsi, se pose-t-on souvent la question : millefeuille, mille-feuilles ? La plupart des dictionnaires admettent les deux graphies sauf Le Bon Usage de Grévisse et le dictionnaire de l’Académie française qui ne connaissent que la forme soudée. Après la réforme de 1990, on doit plutôt opter pour la version soudée et simplifiée (un millefeuille, des millefeuilles) qui suscite moins de problèmes orthographiques que la forme avec un trait d’union.

Il faut aussi ne pas confondre le millefeuille, toujours au masculin et écrit d’un seul tenant quand il désigne un gâteau et  la millefeuille, plante médicinale destinée à soigner divers maux.

Telle est l’empreinte de ce fleuron de la pâtisserie française qu’il existe l’expression c’est / ce n’est pas du millefeuille, locution familière qu’on utilise lorsqu’on veut parler d’une tâche qui est ou n’est pas facile. Toujours inventifs, les Français…

 

La madeleine

Autre classique de la pâtisserie française, la madeleine séduit toujours autant évoquant sensations et souvenirs. Il s’agit d’un petit gâteau traditionnel lorrain aux œufs, en forme de coquillage, allongée ou ronde qui fait le régal des gourmets et des gourmands. Mais connaissez-vous son histoire ?

Dès le Moyen-Âge, on aurait fabriqué des petits gâteaux aux œufs moulés dans des coquilles Saint-Jacques (qui était l’emblème du pèlerinage) pour nourrir les pèlerins en chemin vers Compostelle. Selon une légende, une fille appelée Madelaine aurait offert ces gâteaux aux pèlerins, d’où le choix du nom.

Malgré les différentes légendes qui existent autour de son origine, La Lorraine et plus précisément Commercy est le berceau de la madeleine.

L’histoire veut que notre petite madeleine soit née grâce à une dispute. En 1755, Stanislas Leszczyński, ancien roi de Pologne, beau-père de Louis XV et duc de Lorraine, donne une réception au château de Commercy où il invite, parmi d’autres, Voltaire et madame de Châtelet. Au cours du dîner, le duc se met au courant d’un différend qui a éclaté dans les cuisines du château entre l’intendant et le cuisinier. Ce dernier, rend son tablier et par conséquent il n’y a pas de dessert. C’est Madeleine Paumier (ou Paulmier), servante de la marquise Perrotin de Baumont, qui improvise et arrive à sauver la situation en préparant des gâteaux aux œufs délicieux qui ont été servis comme dessert. Ravi le roi Stanislas a demandé qu’on lui présente la pâtissière et décide de baptiser de son prénom ce gâteau mémorable. La recette de la madeleine de Commercy est alors née !

Telle est l’appréciation de Stanislas pour ce petit délice qu’il envoie un colis à sa fille Marie, épouse du roi Louis XV à la cour de Versailles. La réputation du gâteau se répand vite dans la cour, puis dans le pays entier. Au XIXe siècle, la madeleine fait fureur sur les quais de la gare de Commercy où les vendeuses portant des paniers remplis de madeleines essaient d’en vendre un maximum à travers les fenêtres des wagons. Tous les voyageurs rentrent de Commercy avec leur boîte de pâtisserie sous le bras.

madeleine1 (2)

Pourtant, la madeleine doit sa plus grande célébrité à un écrivain du début du XXe siècle qui l’a immortalisée dans son œuvre A la Recherche du temps perdu : Marcel Proust.

La métaphore de la madeleine qui réveille à Marcel les souvenirs de son enfance heureuse à Combray est l’une des plus belles pages de la littérature.

« Je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j’avais laissé s’amollir un morceau de madeleine. Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. »

Et lorsqu’un Français parle de sa propre madeleine à lui, il fait allusion à des petits actes, odeurs ou sensations qui font ressurgir des tréfonds de sa mémoire de lointains souvenirs chargés d’émotion. Qu’elle est riche et expressive la langue française !

 

Le financier

Il était une fois un petit gâteau de forme ovale, moelleux et savoureux à base d’amande, farine, sucre, beurre et œufs.

Il est né en Lorraine, au Moyen-Âge, dans un couvent de Nancy et il était connu sous le nom de visitandine parce qu’il était confectionné par les sœurs de l’ordre de la Visitation de Nancy que l’on surnommait les Visitandines.

Il semble que les sœurs aient créé ce gâteau pour ne pas laisser perdre les blancs d’œufs, alors qu’elles utilisaient le jaune comme fixateur pour leur peinture. Cependant, la visitandine a sombré dans l’oubli après la Renaissance comme toutes les pâtisseries aux amandes car on croyait que l’amande était toxique à cause du fait que l’arsenic sentait l’amande amère. Et vu que Catherine de Médicis et ses suivantes aimaient offrir souvent des cadeaux empoisonnés, on comprend la suspicion sur les gâteaux à base d’amande.

financierC’est le pâtissier Lasne qui, vers 1890, va remettre la visitandine à la mode. Puisque sa boutique était située près de la Bourse, la plupart de ses clients étaient des financiers et des hommes d’affaires. Lasne a eu donc l’idée de créer un gâteau qui pouvait être avalé sur le pouce afin de satisfaire les papilles de ses clients pressés et désireux de ne pas se salir les mains. Il a rebaptisé son gâteau «financier» pour des raisons évidentes et lui a donné la forme d’un lingot d’or.

Il existe aussi une autre anecdote qui raconte que ce sont des pâtissiers suisses qui ont reproduit la recette de la visitandine. Mais pour ne pas être accusés de plagiat, ils ont donné au gâteau la forme de lingot et le nom de financier.

A chacun de choisir la version qui lui plaît ! Ce qui est sûr c’est qu’il s’agit là d’une spécialité qui vaut de l’or !

 

L’opéra

Et maintenant passons à l’opéra, non pas la pièce de théâtre entièrement chantée mais le grand classique de la pâtisserie française qui connaît un succès international. Constitué d’une succession de biscuits Joconde imbibés d’un sirop au café, de ganache, de crème au beurre café et recouvert par un glaçage au chocolat, l’opéra est un véritable délice à déguster d’urgence !

L’histoire commence en 1955 lorsque le pâtissier Cyriaque Gavillon, qui travaille à la tête de la maison Dalloyau, crée un gâteau révolutionnaire et assez léger. A l’époque, la plupart des gâteaux étaient trop chargés en sucre, en crème au beurre et en alcool. Gavillon réduit le sucre, enlève l’alcool et lui donne une forme rectangulaire inventant ainsi un gâteau avant-gardiste, très parisien au début mais qui commence à voyager dans toutes les villes françaises puis dans le monde entier.

PicMonkey Collage (4)

Quant au choix du nom, certains prétendent que c’est l’épouse du pâtissier, Andrée Gavillon qui a baptisé le gâteau «opéra» en hommage à la danseuse étoile et aux petits rats de l’opéra qu’elle a vus s’entraîner dans la boutique. D’autres croient que le nom fait référence à la scène du Palais Garnier aussi plate et brillante que ce dessert.

Mais une pâtisserie si mythique que l’opéra ne pourrait que susciter la polémique. Cinq ans après la création du gâteau, Gaston Lenôtre fabrique son propre opéra et en revendique la paternité. Cette bataille s’achève en 1988 lorsque Le Monde attribue la paternité à la maison Dalloyau.

 

La profiterole

De délicieux petits choux au cœur glacé et une fine couverture de chocolat chaud. Ça vous rappelle quelque chose ? Eh bien, il s’agit de la profiterole qui réjouit nos papilles depuis longtemps. Mais ce n’est pas seulement le gâteau qui présente un intérêt particulier, c’est aussi le terme lui-même.

A l’origine, le mot «profiterolle» (à l’époque, il était écrit avec deux -l) désignait un petit profit, une modeste gratification que recevaient les domestiques comme récompense. Rabelais parle de la «Profiterolle des indulgences» dans son roman Pantagruel. En fait, il s’agissait d’une petite boulette de pain cuite sous la cendre. En 1690, la profiterolle était un «petit pain évidé farci de béatilles (c’est-à-dire de morceaux délicats) et cuit en potage». Ça ne donne pas vraiment envie d’en goûter…

C’est l’invention de la pâte à choux qui va révolutionner la pâtisserie française et va conduire à l’évolution de la profiterolle en profiterole, ce dessert sophistiqué qu’on adore à consommer. On attribue la pâte à choux à un pâtissier italien Penterelli, cuisinier de la reine Catherine de Médicis. En 1540, son successeur Popelini a eu l’idée d’améliorer la recette en confectionnant le poupelin, un petit gâteau qui était réalisé à partir d’une pâte dressée à la cuillère sur une plaque et séchée sur le feu qu’on appelait «pâte à chaud». Une fois cuit, on le fourrait à la gelée de fruits.

Au XVIIIe siècle, la pâte à chaud prend le nom de pâte à choux.

Des grands pâtissiers comme Avice, pâtissier de Talleyrand, perfectionnent cette pâte mais c’est à Carême (oui, c’est encore lui) qu’on doit la pâte à choux moderne ainsi que l’invention des profiteroles. Carême a imaginé et créé des croquembouches, des petits choux farcis à la crème pâtissière ou à la chantilly. La profiterole vient de naître ! L’histoire ne dit pas qui a versé le premier du chocolat chaud sur les profiteroles. Mystère…

 

Le baba au rhum

Le baba au rhum a son origine en Pologne et plus précisément dans le «babka», une grosse brioche ronde, en forme de couronne, garnie de fruits secs et parfois aromatisée au citron que l’on sert généralement à Pâques. D’ailleurs, le mot babka signifie en polonais «vieille femme» ou «grand-mère».

PicMonkey Collage (2)

 

C’est à cette pâtisserie polonaise et à la gourmandise du Roi Stanislas, roi déchu de Pologne qu’on doit ce dessert. D’après la légende, tout commence au XVIIIe siècle quand Stanislas Leszczynski, arrive en exil en France, devient duc de Lorraine et s’installe alors au Château de Lunéville, dans la région de Nancy. Il reçoit une brioche babka de son pays natal qu’il trouve trop sèche à cause du long voyage et demande à son pâtissier, Nicolas Stohrer, d’y remédier. Ce dernier a l’idée géniale de la rafraîchir pour satisfaire le roi. Alors, il arrose la brioche avec du vin de Malaga, il la parfume au safran et ajoute de la crème pâtissière et des raisins secs de Corinthe. Le duc de Lorraine est enchanté par le résultat et comme il vient de lire une nouvelle traduction des Contes des Mille et une Nuits, il nomme le gâteau «Ali Baba» qui devient plus tard baba.

Quand Marie Leszczynska, la fille de Stanislas, épouse le roi Louis XV et s’installe à Versailles en 1725, le pâtissier Nicolas Stohrer la suit à la cour. Cinq ans plus tard, il quitte Versailles et ouvre sa propre boutique à Paris qui existe toujours au 51, rue Montorgueil. Il améliore le dessert en l’imbibant de rhum et en le rendant célèbre au-delà des frontières. En Italie et plus précisément à Naples, on raffole de ce gâteau imbibé de rhum ou de liqueur de limoncello.

Le baba au rhum sera une source d’inspiration pour d’autres pâtissiers. En 1844, les frères Julien créent le savarin qui a la même pâte de base mais qui est trempé dans un sirop de sucre avec du kirsch, de l’absinthe et de l’eau de rose.

Vous connaissez alors, tous les secrets du baba au rhum pour briller la prochaine fois que votre «babka» (grand-mère en polonais) préparera ce dessert pour le repas du dimanche.

 

La religieuse

relig (2)Les origines de la religieuse remontent au XIXe siècle. C’est en 1855 que le gâteau a été créé par Frascati, pâtissier-glacier, dans sa célèbre pâtisserie parisienne chez Frascati située sur le boulevard Montmartre. Pourtant, à l’époque la religieuse avait une forme différente de celle qu’on connaît aujourd’hui. C’était un carré de pâte à choux fourré de crème pâtissière et surmonté de crème fouettée. Cinquante ans plus tard, la silhouette des religieuses s’est arrondie et a pris la forme d’un gros chou garni de crème pâtissière ou de crème Chiboust surmonté d’un autre petit chou fourré, le tout glacé et décoré de volutes de crème au beurre.

Quant au choix du nom, il y a toujours un mystère qui plane. Le terme apparaît pour la première fois dans le dictionnaire Larousse en 1904.  Selon la légende, elle a été nommée ainsi car la couleur de son glaçage rappelait celle de la robe des religieuses.

 

 

Je ne pourrais pas vous quitter sans ajouter à cette liste deux produits phare de la pâtisserie française : les macarons   et  les crêpes . Mais puisque leur histoire n’est ni simple ni courte, je leur ai consacré des articles à part que je vous invite à lire, confortablement assis dans votre fauteuil, en dégustant un petit dessert.

 

J’espère que vous avez percé les mystères de la pâtisserie française et que quand vous irez chercher un éclair, une religieuse ou un opéra à votre boulangerie préférée demain matin, vous saurez quelle est son origine.

france-confectionery-83373_640

Et n’oubliez pas :

Qu’il fasse beau ou qu’il pleuve, il est toujours bon de s’offrir une petite douceur sucrée !

Article rédigé par CHRYSOULA ROUGA

 

SITOGRAPHIE

http://www.boulangerie.net/histoire-legende-des-origines-des-patisseries-t47393.html

http://www.yvanlepape.eu/-histoires-de-patisseries-

http://du-sacre-au-sucre.blogspot.gr/

http://www.mavieencouleurs.fr/cuisine/inspirations/le-millefeuille-de-lentree-au-dessert

http://www.gralon.net/articles/commerce-et-societe/metiers-de-bouche/article-patisserie—tous-les-gateaux-ont-une-histoire-7344.htm

http://croquedur.be/histoire-du-paris-brest/

http://www.joligouter.com/lhistoire-du-baba-au-rhum-ou-manger-un-bon-baba-a-paris/