Martha ASFI

ITHAQUE – CONSTANTIN CAVAFY – FICHE PEDAGOGIQUE

Posted on Posted in Civilisation, Didactique, Fiches pédagogiques, Grammaire, Personnalités

 

Selon le Ministère d’Education nationale et des Cultes en Grèce, l’année 2013 a été dédiée au poète Constantin Cavafy, cent cinquante ans après sa mort.

  “Tu as enfin compris ce que signifient les Ithaques…”

 Thème : Le voyage, les rêves

Public : Grands adolescents / Adultes

Niveau : B1, B2

Objectifs pragmatiques  : Parler de sa vie, de ses rêves, des expériences de la vie

Objectifs linguistiques  

Grammaticaux :  Travailler l’impératif, le futur simple, le conditionnel présent et l’hypothèse

Lexicaux : Termes liés à la mer, au voyage, aux rêves

Objectifs culturels / interculturels : Découvrir la poésie grecque, la Grèce, une île grecque

 

 

I. Première étape – Biographie

Connaissez-vous Constantin Cavafy ?

Constantin Cavafy

Constantin Cavafy (en grec Κωνσταντίνος Πέτρου Καβάφης) est un poète grec né à Alexandrie en Égypte, le 29 avril 1863, et mort dans la même ville soixante-dix ans après, d’un cancer du larynx. Après le décès de son père en 1870, sa famille s’installe en Grande-Bretagne à Liverpool. En 1879, il se retrouve à Alexandrie qu’il doit quitter pour aller se réfugier à Constantinople en 1882 à cause des émeutes pendant la guerre anglo-égyptienne. De retour en 1885 à Alexandrie, il commence à travailler comme journaliste, mais aussi comme assistant d’un de ses frères à la bourse d’Alexandrie. À l’âge de 29 ans, il entre au service de l’irrigation du ministère des Travaux publics où il accomplit sa carrière. Cavafy a beaucoup voyagé en Angleterre, en France et en Grèce. Pendant assez longtemps, son œuvre est restée inconnue du grand public. Il n’a pas eu de réelle reconnaissance de ses contemporains. Il n’a pas publié de recueils de son vivant. Il préférait les publier dans des journaux et magazines de l’époque ou les faire circuler sous forme de brochures auto éditées ou feuillets auprès d’amis et personnes intéressées.

II. Deuxième étape

 

a. Après avoir fait connaître à vos apprenants le poète Constantin Cavafy, il est grand temps de passer à l’exploitation du poème.

Vous écrivez au tableau le nom de l’île grecque et vous invitez vos apprenants à la situer sur la carte en papier ou sur Internet en utilisant les expressions adéquates pour situer un lieu.

Par exemple :

Il s’agit d’une île grecquede la mer Ionienne,à l’ouest de la Grèce continentale et au nord-est de Céphalonie. Elle fait partie de l’archipel des îles Ioniennes. Sa capitale est Vathy.

b. Ensuite, vous distribuez le poème à vos élèves.

Ici, je vous propose la traduction de Marguerite Yourcenar, que je considère comme étant la meilleure. 

ITHAQUE

Quand tu partiras pour Ithaque, souhaite que le chemin soit long, riche en péripéties et en expériences. Ne crains ni les Lestrygons, ni les Cyclopes, ni la colère de Neptune. Tu ne verras rien de pareil sur ta route si  tes pensées restent hautes, si ton corps et ton âme ne se laissent effleurer que par des émotions sans bassesse. Tu ne rencontreras ni les Lestrygons, ni les Cyclopes, ni le farouche Neptune, si tu ne les portes pas en toi-même, si ton cœur ne les dresse pas devant toi.

Souhaite que le chemin soit long, que nombreux soient les matins d’été, où (avec quelles délices !) tu pénètreras dans des ports vus pour la première fois. Fais escale à des comptoirs phéniciens, et acquiers de belles marchandises : nacre et corail, ambre et ébène, et mille sortes d’entêtants parfums. Acquiers le plus possible de ces entêtants parfums. Visite de nombreuses cités égyptiennes, et instruis-toi avidement auprès de leurs sages.

Garde sans cesse Ithaque présente à ton esprit. Ton but final est d’y parvenir, mais n’écourte pas ton voyage : mieux vaut qu’il dure de longues années, et que tu abordes enfin dans ton île aux jours de ta vieillesse, riche de tout ce que tu as gagné en chemin, sans attendre qu’Ithaque t’enrichisse.

Ithaque t’a donné le beau voyage : sans elle, tu ne te serais pas mis en route. Elle n’a plus rien d’autre à te donner. Même si tu la trouves pauvre, Ithaque ne t’a pas trompé. Sage comme tu l’es devenu à la suite de tant d’expériences, tu as enfin compris ce que signifient les Ithaques.

 

Ιθάκη

Σα βγεῖς στόν πηγαιμό για τήν Ἰθάκη,   Cavafy Ithaque

νά εὒχεσαι νἆ ‘ναι μακρύς ὁ δρόμος,

γεμάτος περιπέτειες, γεμάτος γνώσεις.

Τούς Λαιστρυγόνας καί τούς Κύκλωπας,

τόν θυμωμένο Ποσειδῶνα μή φοβᾶσαι,

τέτοια στόν δρόμο σου ποτέ δέν θα βρεῖς,

ἂν μεν’ η σκέψις σου ὑψηλή, ἄν ἐκλεκτή

συγκίνησις το πνεῦμα και το σῶμα σου ἀγγίζει.

Τούς Λαιστρυγόνας και τούς Κύκλωπας,

Τον ἄγριο Ποσειδῶνα δέν θά συναντήσεις,

ἄν δεν τούς κουβανεῖς μές στην ψυχή σου,

ἂν ἡ ψυχή σου δέν τούς στήνει ἐμπρός σου.

 

Νά εὒχεσαι νἆναι μακρύς ὁ δρόμος.

Πολλά τά καλοκαιρινά πρωϊά νά εἶναι

πού μέ τί εὐχαρίστησι, μέ τί χαρά

θά μπαίνεις σε λιμένας πρωτοειδωμένους·

Cavafy IthaqueΝά σταματήσεις σ’ἐμπορεῖα Φοινικικά,

καί τές καλές πραγμάτειες ν’ἀποκτήσεις,

σεντέφια καί κοράλλια, κεχριμπάρια κ’ἒβενους,

καί ἡδονικά μυρωδικά κάθε λογῆς,

ὃσο μπορεῖς πιό ἄφθονα ἡδονικά μυρωδικά·

σέ πόλεις Αἰγυπτιακές πολλές νά πᾶς,

νά μάθεις καί νά μάθεις απ’τούς σπουδασμένους.

 

Πάντα στόν νοῦ σου νἄχεις τήν Ἰθάκη.

Τό φθάσιμον ἐκει εἶν’ο προορισμός σου.

 

Η Ἰθάκη σ’ἒδωσε τ’ωραῖο ταξεῖδι.

Χωρίς ἀυτήν δέν θᾶβγαινες στόν δρόμο.

Ἂλλα δέν ἒχει νά σέ δώσει πιά.

 

Κι ἄν πτωχική τήν βρεῖς, ἡ  Ἰθάκη δέν σέ γέλασε.

Ἒτσι σοφός πού ἒγινες, μέ τόση πεῖρα,

ἣδη θά τό κατάλαβες ἡ Ιθακες τί σημαίνουν. 

c. Ensuite, donnez à vos élèves quelques informations sur le poème.

C’est un poème écrit par Cavafy à Alexandrie en 1911. Il fait référence de manière implicite ou explicite au voyage d’Ulysse (Odyssée, Homère).

Par contre, il ne s’agit pas d’un voyage de retour, mais d’un départ. Le voyageur part à destination d’Ithaque. Il n’y retourne pas. De plus, Ulysse souhaitait que son voyage soit court tandis que le voyageur souhaite que son voyage soit long et plein d’expériences.

Au voyage vers Ithaque il n’y aura pas d’obstacles, comme ceux qu’Ulysse a rencontrés pendant son voyage, à condition que le voyageur ait l’esprit ouvert et se focalise sur ce qui est vraiment important et essentiel.

Finalement, le poète fait référence à Phoenix, la ville du Liban actuel, qui à l’époque était l’un des ports les plus importants.

III. Troisième étape

Première lecture – Compréhension globale

 

La première lecture est cursive. Alors, procédez avec vos apprenants à un questionnement systématique du document pour ne pas se disperser dans les observations. Je vous propose des questions à se poser systématiquement.

Par exemple :

1. Quel est le thème du document ?

(Peut-il être mis en relation avec le titre de l’œuvre, avec l’auteur, avec l’époque ?)

2. Quel est son genre littéraire ?

(Poésie, théâtre, roman…)

3. Quelle est sa tonalité ou registre littéraire (comique, tragique, lyrique, pathétique, ironique, épique …) ?

4. Quel est son intérêt (historique, philosophique, sociologique…) ?

5. Quelles résonances éveille-t-il chez le lecteur (émotion, intérêt, passion, réflexion, interrogation…) ?

6. Quel est le registre de la langue que le poète utilise ? Quelle est son intention ?

(Soutenu, familier…)

 

IV. Quatrième étape

Deuxième lecture – Compréhension détaillée

 

Après la deuxième lecture, on peut procéder plus facilement à l’étude du niveau lexical et à la modalisation.

A. Travailler sur les champs lexicaux

Questions

1. Regroupez des mots du poème aux champs lexicaux suivants : émotions, personnages, mer.

(Réponses : émotions : souhaite … , Personnages : Lestrygons, Cyclopes… , Mer : Neptune, île, ports ..)

2. Associez.

Effleurer – toucher légèrement, du bout des doigts, des lèvres.

Bassesse – le manque d’élévation dans les sentiments, les pensées

Farouche – sauvage

Délice – plaisir qui ravit, transporte

Pénétrer – entrer, passer à travers

Entêter – incommoder par des vapeurs qui montent à la tête

Avidement – de façon immodérée

Parvenir – atteindre, arriver à

Ecourter – raccourcir, rendre plus court en longueur

 

B. Travailler sur les phénomènes grammaticaux

Questions

1. Relevez les verbes à l’impératif  dans le poème.

(Réponses : souhaite (x2), ne crains, souhaite, fais escale, acquiers (x2), visite, instruis-toi
garde, n’écourte
)

Maintenant, invitez vos élèves à donner des conseils inspirés du poème en utilisant l’impératif.

Par exemple :

Soyez créatifs, ayez du courage, voyagez etc…

 

2. Relevez les verbes au futur simple dans le poème.

(Réponses : tu ne verras, tu ne rencontreras, tu pénètreras)

Continuez les hypothèses en utilisant le futur simple.

Si tu trouves Ithaque …

Si tu suis tes rêves …

Si nous voyageons …

Si on atteint nos objectifs…

Si nous sommes patients…

3. Malgré le fait que le poète parle d’une île, la description de la nature est absente. Comment pourriez-vous imaginer Ithaque ? Utilisez le conditionnel présent.

Par exemple :

Ithaque serait une île verte où le soleil brillerait, le ciel serait bleu et la campagne verdoyante. Les villages seraient petits et pittoresques. Les maisons seraient toutes blanches et donneraient sur la mer. Il y aurait du calme…

 

V. Cinquième étape

Troisième lecture –  Travailler sur les images et les symbolismes

A. Approche interprétative

Pourriez-vous discerner les différentes unités du poème et trouver les idées principales ?

 

Réponses

– 1ère unité : Le mode de vie que doit mener la personne qui fait le voyage de la vie

– 2ème unité : Si la pensée et l’émotion sont présentes, les obstacles sont faciles à surmonter

– 3ème unité : Les plaisirs matérielles et spirituelles offertes tout au long du voyage

– 4ème unité : C’est le voyage qui vaut la peine jusqu’à la vieillesse

– 5ème unité : la contribution et le rôle pivot d’Ithaque

– 6ème unité : le symbolisme profond d’Ithaque

 

B. Travailler sur les symbolismes

Associez les mots du poème et les symbolismes.

Ithaque –  but

Le long chemin – L’effort pour l’accomplissement d’un objectif

Les Lestrygones, les Cyclopes, le farouche Neptune – les dangers

Les matins d’été – les bons moments de la route

De belles marchandises – les plaisirs

Cités égyptiennes – les sources de savoirs et de connaissances

 

VI. Sixième étape

Pour aller plus loin

Ithaque est un poème qui s’offre à une lecture aussi personnelle. Chaque personne qui lit ce poème pense à quelque chose de différent, à histoire, ses propres expériences, ses voyages, ses aspirations et ses espoirs. C’est une excellente occasion pour nous, en tant qu’enseignants, de relever le défi et d’en profiter pour discuter avec nos élèves des différents sujets qui les préoccupent et qui concernent notre propre micro cosmos aussi bien que la société. C’est une excellente occasion pour nos apprenants aussi, quel que soit leur âge, de s’exprimer, de développer leurs idées, et cela… en français !

Production orale créative

Avant que vos élèves préparent un exposé, vous pouvez leur poser des questions pour les aider à construire leur plan et concrétiser leurs idées.

Par exemple :

Qu’est-ce qu’Ithaque représente pour vous ?

Croyez-vous que ce soit un poème optimiste ou pessimiste ? Et pourquoi ?

Quel est le symbolisme d’Ithaque de nos jours ?

Est-ce qu’il est facile à votre avis de trouver son Ithaque ?

 

Production écrite créative

1. Ecrire un poème à partir de mots clés (voyage, ports, couleurs, chemin, rêves)

2. Visitez ce site pour découvrir la BD inspirée du poème Ithaque. Créez avec vos élèves une BD !

 

Avant de terminer, voilà le clip que j’ai créé pour mes élèves.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=N9lWJm7W7MM[/youtube]

 

On a travaillé sur le poème Ithaque pour la fête de Noël. J’aime bien partir des clichés et trouver des façons pour travailler autrement avec mes élèves. En s’inspirant du poème, ils ont écrit eux-mêmes leurs vœux pour l’année prochaine.

Un grand merci à mes parents qui m’ont aidé à créer ce bateau en bois de mer  que vous voyez sur la photo. Il a décoré la scène du théâtre où la fête a eu lieu.

 

Ithaque, c’est le poème qui a marqué mon adolescence et qui est ancré au fond de moi. Je voudrais alors le dédier à tous mes élèves et à tous les élèves, partout dans le monde, qui constituent l’avenir de ce monde. Le courage, le travail et l’évolution constante, mais avant tout l’amour pour la vie elle-même et le plaisir d’apprendre constituent les deux éléments essentiels pour moi qui nous donnent l’énergie, le courage et l’espoir d’atteindre nos objectifs en souriant, même si on rencontre des obstacles. La vie est un voyage et les personnes qu’on rencontre les meilleurs ports !

Une année se termine bientôt et une autre va la remplacer. Je vous souhaite plein de belles choses, de la santé, du bonheur, de l’espoir et de la créativité ! :)

Martha ASFI

Professeur FLE / FOS, Tutrice

Ambassadrice du projet Bonjour du Monde pour la Grèce

Scoop.it : J’aime le  français. Et vous? 

 bdm.grece.martha@gmail.com